La France et le scandale de la vente forcée d'assurance de prêt

Suite au scandale qui a éclaté en Grande-Bretagne sur les ventes forcées d'assurance de pret, une interrogation grandit sur la loi Lagarde et son efficacité à éviter une situation de ce type en France.

La vente forcée d'assurance de prêt en Grande-Bretagne

Le nombre de dépôts de plaintes effectués par les particuliers serait passé en seulement deux ans de 266 685 à 2 232 294 ! Entre l'année 2000 et 2010, les banques contraignaient les emprunteurs à souscrire une assurance de prêt pour garantir leurs emprunts immobiliers. De ce fait, la FSA (Financial Services Authority), l'autorité britannique des produits financiers, s'apprête à réagir pour faire face à cette pratique inacceptable en préparant une nouvelle réglementation. Tous les établissements bancaires britanniques ont d'ailleurs pour obligation de rembourser les emprunteurs victimes de ces ventes forcées, le total de ce remboursement atteignant 10 milliards de livres soit environ 12 milliards d'euros !

Les risques d'une telle situation en France

Actuellement, de nombreuses personnes s'interrogent sur la possibilité qu'une telle situation se produise en France. Légalement, les Français sont en droit de recourir à la délégation d'assurance. En effet, selon la loi Lagarde, les emprunteurs peuvent souscrire leur assurance de prêt en dehors de la banque prêteuse. Cela leur permet de faire jouer la concurrence entre les compagnies d'assurance pour accéder à des offres moins chères et plus adaptées que le contrat d'assurance proposé par la banque. Cependant, les refus de délégation d'assurance sont monnaie courante en France. En effet, de nombreuses banques n'accordent un prêt que si le client adhère à leur contrat d'assurance. En comparaison aux tarifs d'assurances individuelles, les tarifs des contrats d'assurance bancaires sont bien souvent plus onéreux et peuvent alors augmenter le risque de surendettement car dans l'ensemble les particuliers français rencontrent de plus en plus de difficultés financières.